Comment choisir ses probiotiques ?

J’ai beaucoup parlé d’intestins ces derniers temps (ici, ici aussi, et là aussi)(je suis dans ma phase, pour un petit moment encore…), parce que je crois de plus en plus que c’est la clé du succès, autant en terme d’adaptation au régime cétogène qu’en termes de perte de poids, perte de gras, gains métaboliques, et santé en général. Véritablement, ça me semble la clé.

Dans mon dernier article sur ce thème, j’ai évoqué des solutions possibles pour repeupler le microbiote, et entre autres choses, j’ai parlé de probiotiques.

Seulement voilà, il en existe des TAS! Rien qu’à la vie claire, je crois qu’on propose 6 marques différentes! C’est bien d’avoir le choix, mais parfois ça peut devenir embarrassant, parce qu’on se retrouve devant le rayon, déchiré par la pensée que PEUT-ETRE, on est en train de passer à côté du bon! (enfin moi en tout cas, ça m’empêche de dormir la nuit!).

Alors je ne suis pas experte en probiotiques, loin s’en faut. Mais, j’ai reçu pas mal d’informations en formation, et en lisant des choses de mon côté, aussi je vous propose de vous donner quelques pistes pour choisir les probiotiques qui vous conviennent le mieux.

LES PROBIOTIQUES, C’EST QUOI ?

Bon en gros, les probiotiques, ce sont des micro-organismes (majoritairement bactéries et levures). Les bactéries (les bonnes) sont vitales pour la santé des intestins,  MAIS PAS QUE. Elles ont aussi des fonctions de détoxification, ET elles produisent des nutriments essentiels pour le corps (vitamines, minéraux, acides gras, enzymes digestives) qui permettent la digestion. Elles affectent même le système nerveux (via le nerf vagal, mais on en reparlera bientôt).

Et quand vous n’avez pas assez de bonnes bactéries, , ou que vos bactéries ne sont pas correctement nourries, votre système digestif et votre métabolisme s’affaiblissent et deviennent tous deux inefficaces.

Dans Eat Dirt, Josh Axe dresse une liste des intérêts principaux de prendre des probiotiques, je vais juste la rappeler très rapidement, sans détailler, et je vous laisse vous reporter au livre si vous souhaitez aller plus loin:

  • digestion & transit
  • taux de vitamine B et B12
  • infections respiratoires
  • fonctions cognitives et équilibre émotionnel
  • perte de poids
  • écosystème vaginal
  • et BIEN SUR: réparation d’un intestin poreux!

En un mot comme en cent, il nous en faut ABSOLUMENT. Et c’est là que ça se complique, parce que du coup il faut choisir…

LES CRITÈRES DE CHOIX

Alors je vous avertis, je ne suis pas forcément d’accord avec tout ce qu’on peut lire sur les choix de probiotiques.

Par exemple, d’aucuns diront qu’il faut prendre les probiotiques les plus dosés. Honnêtement je ne suis pas sûre, SURTOUT quand on a ou a eu dans le passé de la candidose ou autre dérèglement du microbiote. Moi je préfère plutôt un petit probiotique bien conçu mais pas trop dosé, qui ne risque pas de foutre le bordel.

Bref, tout ça pour vous dire que les critères que je vous propose sont les miens, sur lesquels je pourrais évidemment argumenter, mais ils ne sont pas les seuls et vous pourrez lire d’autres choses ailleurs.

Donc je vous propose de faire attention à 4 ou 5 éléments:

  • DES PROBIOTIQUES BIO: A La Vie Claire, les probiotiques sont bio. Mais si vous en achetez ailleurs, quand même, regardez bien la boîte et cherchez un label certificateur (sans vous commander).
  • DES SOUCHES MULTIPLIES : Certains probiotiques sont très riches en souches, d’autres moins. La variété des souches est un critère facile à repérer sur la boîte et plutôt intéressant (par exemple dans Eat Dirt, J. Axe conseille de choisir un probiotique avec au moins dix variétés différentes!). En fait, l’un des problèmes les plus courants de dérèglement du microbiote, c’est que nous n’avons pas assez d’espèces différentes. Notre microbiote n’est pas assez diversifié. D’où l’intérêt d’une formule comprenant plusieurs souches différentes.
  • DES PROBIOTIQUES ADAPTES: c’est-à-dire que, en fonction des déséquilibres potentiels que vous connaissez chez vous, vous allez choisir certains plutôt que d’autres. (Oui, et alors là il faut que vous bossiez un peu en amont!)
  • LEVURES & CHAMPIGNONS: un bon truc à avoir aussi dans le probiotique, c’est, en plus des bactéries, des levures et pourquoi pas des champignons, qui font une formule assez complète.
  • GASTRO-RÉSISTANT: si besoin, choisir une formule qui va résister à l’acidité gastrique. Ou une formule stable faite avec un lactospore.

Analysons un peu un exemple.

Si je prends – au hasard – le Bioprotus Intégral de chez Carrare (un produit que l’on voit partout):Bioprotus Integral 14 Sachets

  1. oui il est bio, la marque est certifiée
  2. Il n’est pas déglingo en nombre de souches: (5 en tout)
  3. Il contient des souches qui m’intéressent personnellement: lactobacillus rhamnosus GG par exemple.
  4. il contient une très bonne levure: les saccharomyces boulardii
  5. il ne propose pas de formule gastro-résistante (si vous n’avez pas de problème, ça va, mais sinon, il faudra chercher autre chose).

Donc bon, globalement ce probiotique est bien (perso il m’a fait vraiment un bon effet) mais il n’est pas miraculeux non plus, on peut surement trouver mieux.


Prenons-en maintenant un autre que l’on trouve aussi à la vie claire: le Philaromal Multi-Equilibre de chez Dietaroma : Philaromal Multi Equilibre – Gélules – 60 Gélules

  • la marque est bio également
  • formule stable et gastro-résistante, donc qui va arriver à coup sûr jusqu’aux intestins (et non pas se dégrader dans l’estomac).
  • diversité des souches: 15 différentes ! 
  • il contient également le rhamnosus que je cherchais !
  • par contre: il ne contient que des bactéries. Pas de levures, pas d’autres éléments (à part des prébiotiques évidemment).

A priori je dirais que celui-ci est meilleur, mais à tester! (c’est le prochain sur ma liste, je vous tiens au courant!)


LES SPÉCIFICITÉS

 

Bon alors je pense qu’il faut un petit paquet de temps avant d’être capable de décrypter une formule et bien connaître tous les probiotiques. Quelques grandes lignes pour vous aider à vous y retrouver:  (je ne vous mets que les plus connus, et ceux qu’il est plutôt bon de retrouver dans une formule)

Famille des bifidobactéries:

  • bifidobacterium bifidum: soutient le système immunitaire, évite les diarrhées
  • bifidobacterium longum: important pour le fonctionnement du foie, réduit l’inflammation, permet d’évacuer les métaux lourds
  • bifidobacterium breve: aide à lutter contre les bactéries nuisibles

Famille des lactobacilles:

  • lactobacillus casei: immunité
  • lactobacillus acidophilus: contre les gaz et les ballonnements. Soutient la production de vitamine K
  • lactobacillus bulgaricus: intéressant parce qu’il résiste bien à l’acidité de l’estomac. Un warrior pour se débarrasser des bactéries nuisibles
  • lactobacillus brevis: idem
  • lactobacillus rhamnosus: (le fameux) améliore l’équilibre des bactéries. Utile dans le cas d’infections urinaires. Lutte contre l’anxiété en réduisant la production d’hormones du stress et en jouant sur les récepteurs du GABA. Egalement, la supplémentation en lactobacillus rhamnosus aurait un impact sur la perte de poids et surtout de masse grasse.

Et la fameuse levure Saccharomyces boulardii: je vous en parlais tout à l’heure, qui m’intéresse parce qu’elle est connue pour réduire efficacement l’inflammation.

LE PROBIOTIQUE DU RÉGIME CETOGENE ?

Alors la question que l’on me pose souvent en coaching c’est « est-ce qu’il y a des probiotiques meilleurs pour le régime cétogène ?« .

oui et non.

OUI, parce que forcément l’alimentation du régime cétogène étant différente, très riche en matières grasse, moins riche en glucides, elle nécessite forcément une flore différente que celle d’un régime lambda.

et NON, parce que dans le fond, le plus important me semble quand même de trouver les probiotiques qui nous correspondent à nous, et pas au keto prospect moyen.

Maintenant, en fouinant un peu sur le site de Josh Axe, donc l’auteur du fameux livre, j’ai trouvé deux probiotiques – fort onéreux d’ailleurs – formulés pour le régime cétogène. Je me suis dit que ce serait quand même intéressant de les évoquer avec vous.

  • KETOBIOME:  alors le truc est cher mais quand même super complet. Il contient des probiotiques ET des levures, ET des choses fermentées spéciales digestion et microbiote ET même du reishi (champignon adaptogène).
  • KETODIGEST: celui-là, il contient en plus plein d’enzymes digestives. Il est à mon avis intéressant pour les personnes qui galèrent à digérer les matières grasses, surtout au début. Certaines personnes n’ont pas faim, son écœurées, et en fait c’est très souvent parce que la digestion est encore trop lente et trop laborieuse, parce que leur corps n’a pas encore développé toutes les enzymes nécessaires à la digestion. D’où l’intérêt du produit.

Bon, je trouve les formules intéressantes, mais pour l’instant je vais continuer de mener l’enquête sur ce que l’on trouve en france avant de m’intéresser aux probiotiques d’outre-atlantique. Si quelqu’un connaît et/ou a déjà tester ketobiome ou ketodigest, qu’il n’hésite pas à partager!

 

MON RETOUR PERSONNEL SUR LES PROBIOTIQUES

Jusqu’à présent, mon expérience personnelle avec les probiotiques n’avait pas été concluante, j’en ai essayé deux fois dans ma vie:

  • en 2014 avant le régime cétogène: j’ai acheté un probiotique sur internet sans RIEN regarder sur les souches, les marques, les origines. J’ai fait une cure de trois semaines et ça n’a absolument rien donné. (il faut avouer que la démarche n’était pas très finaude).

  • en 2016 l’année dernière, j’ai fait deux cures de lactobacilus gasseri: pour le coup donc, un probiotique isolé dont on m’avait parlé pour son utilisation spécifique sur la gestion du poids et notamment la prise de poids au niveau abdominal. La première cure, j’avais eu l’impression que ça me faisait un petit effet, la seconde pas du tout. Maintenant avec le recul, je ne suis pas persuadée que prendre UN SEUL type de probiotique soit d’une quelconque utilité quand on a un microbiote un peu déséquilibré et ayant besoin d’être repeuplé.

 

Il y a deux semaines, j’ai commencé à prendre le Bioprotus Intégral de Carrare. Alors même si, comme on l’a vu, je lui trouve des défauts, et bien il m’a quand même fait beaucoup de bien.

Il faut dire que je l’ai pris en parallèle avec d’autres choses (de la choucroute fermentée, des yaourts au lait de coco fermenté, le vinaigre de cidre et un peu de kefir de lait). Mais finalement l’ensemble m’a assez rapidement fait effet, au bout d’une semaine à peine :

  • sensation de calme intérieur
  • bien meilleure gestion du stress (c’était vraiment très net)
  • bien-être général (assez difficile à définir, mais de la même façon qu’on peut se sentir mal sans raison précise, on peut aussi se sentir bien sans raison précise)

Je pense qu’on peut faire mieux en terme de probiotique, mais clairement ce n’était pas si mal comme début. Pour finir, je pense que je vais continuer avec les aliments fermentés en petite quantité, et expérimenter un peu avec un autre probiotique, le Philaromal ou un autre si je trouve mieux !

Evidemment, si certains ont de l’intell à partager sur le sujet, n’hésitez pas! Probiotique à recommander, à éviter, à enquêter?

21 commentaires sur “Comment choisir ses probiotiques ?

    • hello Isabelle, merci beaucoup je vais le regarder (en plus, il me manquait un produit pour finaliser une commande iherb^^)

  1. Merci pour ton article, c’est vrai que trouver un bon probiotique ça n’est pas si simple. Les produits fleurissent de partout parce que les fabricants surfent sur la vague (on parle de plus en plus des intestins..) mais quand on se penche sur la compo ça n’est pas toujours brillant… J’ai souvent utilisé Lactibiane de chez Pileje, et puis j’aimais bien les produits Carrare quand je bossais en mag bio (heu… début des années 1990 ;o) !!). Depuis je n’ai pas souvenir d’avoir vu du résultat avec les rares trucs que j’ai testés (des choses achetées en pharmacie : Probiolog, Probactiol…), j’ai un peu été freinée par ce que j’ai pu lire sur les probiotiques, à savoir que si on les choisit mal, on peut accentuer le déséquilibre de sa flore…

    • oui exactement, mais moi c’est la même idée qui m’a bloquée du moins les deux premières années de cétogène. Après je me dis que c’est pas forcément une mauvaise chose d’avoir attendu, dans le sens où ça m’a laissé le temps d’apaiser les problèmes de candida, réparer un peu l’intestin, etc, et du coup je pense qu’aujourd’hui le terrain est un peu plus propice à recevoir un petit shot exogène^^

      • En effet ça me semble cohérent….

  2. Je trouve celui-ci est vraiment bien : Garden of life : fitbiotic.

    • ahah tu sais quoi, j’y ai passé genre 25mn l’autre soir, et en fait ça m’a énervée parce qu’il y avait la photo de Perlmutter (sans rien expliquer bien sûr) ce qui laissait sous-entendre qu’il y était pour quelque chose dans le business mais quoi? bref, comme il était cher sur amazon, je l’ai finalement acheté sur iherbs!!!

  3. Et du coup, rien qu’au vu de l’étiquette? ton avis?

  4. Bonjour Johanne,
    Merci pour cet article, je vais essayer le bioprotus.
    Par ailleurs, où trouves-tu la choucroute fermentée ?

    Merci !

    Laura

    • hello Laura!t moi je l’achète à la vie claire (rayon des conserves), et je pense que tu peux en trouver dans n’importe quel magasin bio! (mais quand même à la vie claire c’est mieux^^)

  5. oulalala. Bon ben je crains de commencer à voir ce que je craignais ou espérait. Au final les histoires de gluten, d’intolérances alimentaire, de prise de poids, de candida… seraient majoritairement une conséquence d’un mauvais microbiote et non une cause. Ce qui voudrait dire qu’avec un bon microbiote et un intestin qu’on agresse pas sans cesse non plus faut pas exagérer et ben on peut limiter drastiquement les compléments alimentaires et autres restrictions ou diètes spécifiques… Bon après ne faisons pas de généralité avec un cas, faut d’autres REX :-)!

  6. Bonjour à tous. Je me permets de demander l’avis de la communauté sur un sujet cétose:
    Après plusieurs phases de cétose (la dernière l’an passé, stoppée après 3 mois car explosion des niveaux de cholestérol (le LDL surtout), et d’acide urique), j’en ai relancé une depuis peu.
    Lundi soir, après 30h de jeune, j’ai commencé à éviter les glucides. Le lendemain mardi, j’étais en cétose (pas étonnant avec le jeune précédent). Je le sens dans le corps, et à une superbe diarrhée qui arrive à ce moment-là!

    Nous ne sommes que vendredi, et j’ai mal aux reins, de plus en plus, pourtant, pour éviter la keto-flu, je bois bcp, et je prends du magnésium, sodium et potassium(pas trop de soucis sinon en ce début si ce n’est las fatigue, mais les céphalées semblent maîtrisées cette fois, suite aux conseils récupérés ici, merci Johanne).

    Un peu inquiet pas ce mal de rein, j’ai alors utilisé des bandes keto-diastix (je sais ce n’est pas bien, bouhh!).
    Et là depuis 2 jours c’est violet de chez violet: + de 8 mmol/L.

    Alors je pense direct à l’acido-cétose.
    Quelqu’un a t-il un avis ? est-ce trop fort ce niveau de cétose ? comment le faire baisser ? ai-je des risque d’acidose ou c’est réservé aux diabétiques type 1 ?

    J’ai 2 théories pour le moment:
    – mon corps a besoin de temps pour se remettre à utiliser des cétones. Du coup il les assimile mal. Mais dans ce cas d’ou tire-t-il son énergie ? la néoglucogenèse ?
    – je ne mange vraiment pas assez de glucides (je dois être vers 20g voire 30g max par jour).

    Qu’en pensez-vous ? y’a t’il des risques ?
    A la différence des autres fois je mange plus de graisses mono-instaurées et surtout plus de graisse végétale (pour éviter l’acide urique).
    A noter aussi que je ne mange pas le matin (à part mon bullet coffee avec café + huile noix coco). donc c’est un jeune de 16h voire 18h par 24h.
    Sinon, je mange à ma faim (du gras corporel déjà bien fondu).

    Merci pour vos avis et conseils. c’est gentil.

  7. A priori puisque tu as démarré lundi tu ne peux pas vraiment être encore Céto adapté : tu produis des corps cétonique mais tu n’es pas vraiment encore capable de les utiliser. Donc ils s’accumulent et ça pourrait expliquer le 8 mmol / L…et donc oui ton corps utilise les protéines pour fabriquer son énergie à partir du moment où tu ne lui fournis plus de glucides car la aussi il lui faut un peu de temps pour pouvoir correctement utiliser les graisses.
    La douleur dans les reins m’inquiéterais aussi !
    Faudrait peut être en parler à ton médecin 🙂

  8. Merci pour la réponse André.
    Oui cette explication se tient: Le fois, en manque de glucose, fabrique les cétones, mais le corps n’arrive pas les utiliser encore, alors il utilise les protéines pour faire du glucose.
    Cela parait normal, alors il faut que j’attende. Même si mon corps a déjà fonctionné aux cétones ?

    Le mal de rein je l’ai eu à chaque début de cétose. Après ça passe. peut être que comme trop de cétones au début et pas utilisées, les reins doivent les éliminer.

    En tout cas, le taux de cétone est bien redescendu ce jour.
    Soit mon corps les utilise, soit j’ai mangé trop de glucides 🙂 en tout cas, moins mal aux reins, et c’est tant mieux.

  9. Bonjour,
    Suite et fin de mon épisode: tjrs mal aux reins hier, de plus en plus, taux de cétones plus de 8/10 hier soir encore. Mal dans la poitrine, et brulures estomac/oesophages.
    J’ai donc pris du sucre et ce matin aussi et mes niveaux de cétones sont redescendu à 0 ce midi. Et le mal re rein est moindre.

    On lit partout que la cétose nutritionelle ne peut pas engendrer l’acido-cétose chez les patients en bonne santé qui ne sont pas diabétique 1, et bien je crois que ce n’est pas tout à fait vrai.

    J’ai pourtant été déjà en cétose 3 mois l’an passé et pas eu de soucis. Je ne comprends pas.
    Mais bon je ne vais pas mettre ma santé/vie en danger pour une cétose (pas de graisse à perdre en plus).

    Bonne chance à tous.

  10. Hello !
    Déjà : ton blog est cooool !
    Secondo : je commence à préparer mes yaourts moi-même. Puisque cela consiste à vider une capsule de probiotiques dans un mix de mon choix qui fermentera durant 24h, cela permet de réduire considérablement le coût d’achat de probio ! Surtout qu’elles se multiplient aussi en utilisant la dernière cuillère de yaourt pour la fermentation suivante 😉🤙

    • Merci!!
      non mais moi aussi en fait, là j’ai grave envie de me lancer dans mes yaourts de coco (mais d’abord, je dois réparer mon vélo)(oui je sais ça a l’air idiot mais je repousse)

      • Je teste le kéfir de coco, c’est super bon !!!

  11. Ping : Constipation en régime cétogène – SUPER KETO

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :